TENDANCE

Les rebelles côtoient les mères et les ados chez le tatoueur-pierceur

Par LAURENT DONZEL le 10.09.2007 à 00:01

«Bonjour, je souhaiterais me faire tatouer un dauphin pour mes 5 ans, demande une mère de famille dans la boutique d'Yves Guisolan, tatoueur-pierceur. Et pour ma fille qui m'accompagne, je voudrais lui offrir un piercing dans le nombril pour ses 14 ans.» ? «Quand aura-t-elle 14 ans?» ? «En octobre.» ? «Alors revenez en octobre, je ne fais pas de piercing en dessous de cet âge», répond avec douceur celui qui travaille la chair.

TATOUAGE: Marie est venue se faire tatouer le prénom de ses filles aux chevilles. Le Morgien Yves Guisolan exerce cette activité, tout comme le piercing, depuis huit ans. Il a effectué sa formation en Angleterre. MORGES, LE 5 SEPTEMBRE 2007
Image: STEPHANE ROMEU

«Bonjour, je souhaiterais me faire tatouer un dauphin pour mes 5 ans, demande une mère de famille dans la boutique d'Yves Guisolan, tatoueur-pierceur. Et pour ma fille qui m'accompagne, je voudrais lui offrir un piercing dans le nombril pour ses 14 ans.» ? «Quand aura-t-elle 14 ans?» ? «En octobre.» ? «Alors revenez en octobre, je ne fais pas de piercing en dessous de cet âge», répond avec douceur celui qui travaille la chair.

Pas de look extravagant ou rebelle pour cette famille, mais bien une image de la banalisation du tatouage et du piercing. «L'accord signé des parents est indispensable lorsqu'ils sont mineurs, explique calmement Yves Guisolan. S'ils ont moins de 16 ans, je souhaite aussi que les parents soient présents.»

Une jeune fille à l'allure plutôt intellectuelle entre alors dans la boutique, un instrument de musique classique sous le bras. «J'ai trouvé cette image sur internet: une colombe, explique-t-elle. J'aimerais bien me la faire tatouer. On m'a parlé en bien de votre travail.»

Les clients arrivent, plusieurs évoquent la bonne réputation du Morgien. Deux jeunes garçons au look affirmé regardent les livres de tatouage dans la salle d'attente. L'un tend un dessin qu'il a réalisé à Yves Guisolan. «Pas mal, commente ce dernier, c'est faisable.» On défile dans la boutique dans une ambiance détendue. Frédéric pousse la porte. Ce jeune cuisinier morgien de 26 ans est venu pour augmenter la taille de deux anneaux. Et se faire un nouveau piercing? le huitième. «C'est ma copine qui m'a offert mon premier piercing, explique Frédéric, et depuis, j'ai continué.» Il veut aussi se faire un tatouage dans le dos. Péruvien d'origine, il aimerait un tatouage dorsal, auquel il pense depuis longtemps, représentant une divinité inca, «en rapport avec mes origines, sourit-il, mais il faut attendre pour réunir l'argent suffisant.»

Depuis huit ans

Des tatouages, Marie en souhaite mais sous forme d'écritures: la jeune mère demande que les prénoms de ses filles soient inscrits sur ses chevilles. «Le mercredi et le samedi, il y a beaucoup de monde qui défile», commente le tatoueur. Ce quadragénaire, installateur sanitaire de formation, pratique son art depuis huit ans. Une boutique de piercing d'un autre style vient aussi d'ouvrir à Morges. Au début de l'année passée, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) avait édicté une ordonnance posant des exigences d'hygiène et de sécurité dans la pratique du tatouage, du piercing et du maquillage permanent, pour mettre fin à un flou juridique. Mais force est de constater que les contrôles ne sont pas encore entrés dans les habitudes. Quant au maquillage permanent, Yves Guisolan l'envisage, car «j'ai de plus en plus de demandes pour cela», admet-t-il.

Boutique

Livres, DVD, accessoires à des prix avantageux!

http://shop.24heures.ch

Boutiques à Lausanne: Avenue de la Gare 33

Vos patronymes

Tous les noms de famille ont une signification.
Vous aussi, demandez le sens de votre patronyme.

Consulter les patronymes

Gestion de l'abonnement
Services abonnés

Abonnement et renseignements

Nous contacter

Tél. 0842 824 124
lu-ve 8h-12h/13h30-17h

Fax 021 349 31 69

Depuis l'étranger:
+41 21 349 31 91

Adresse postale:
Service clients
CP 585
1001 Lausanne